Ville d'art et d'histoire de Saint-Étienne

Dans la rue de Saint-Étienne
Dans la rue de Saint-Étienne / © Ville de Saint-Étienne
animation pédagogique
animation pédagogique / © Ville de Saint-Étienne
© Ville de Saint-Étienne

Située sur les rebords orientaux du Massif Central, au sud du département de la Loire, à 515 mètres d'altitude en moyenne. La ville s'étend entre vallées et collines et comptabilise plus de 171 000 Stéphanois dans un bassin de vie de plus de 400 000 habitants.

Au carrefour de vallées fluviales
Protégé au sud par le Pilat qui culmine à plus de 1400 mètres, le site est traversé par trois rivières, l'Ondaine à l'ouest, le Gier à l'est et le Furan du sud au nord. Ces torrents permettent la connexion au Rhône et à la Loire ouvrant chacun sur l'océan Atlantique ou la mer Méditerranée.
Ses atouts naturels (charbon, rivières) exploités dès le 13e siècle et cette situation géographique unique entraînent l'installation de nombreuses activités (armurerie, coutellerie, tissage et teinturerie) et le développement de liens économiques avec les capitales régionales du Puy-en-Velay et de Lyon.

Une ville en expansion dès le 15e siècle
« Saint-Étienne de Furan », bourg médiéval fortifié dès 1436, entame une période d'expansion jusqu'au 18e siècle. Devenue grande cité manufacturière, la ville produit armes, moulins à café et diverses clincailles (charnières de fenêtres, clous etc.) puis des rubans. Sa renommée lui permet d'obtenir la création d'une Manufacture royale d'armes en 1764.

Le glorieux 19e siècle
Saint-Étienne devient la plus grande ville industrielle française du 19e siècle : en 1816, l'École des mineurs est créée, la première ligne de chemin de fer d'Europe continentale ouvre en 1827.
Avec la prospérité de l'armurerie et de la rubanerie, l'essor de la production houillère et de la sidérurgie, la population se multiplie par cinq, entraînant de profonds changements urbains. En 1855, Saint-Étienne annexe les communes limitrophes et devient le chef lieu du département.
Face aux premières difficultés économiques, les activités traditionnelles s'adaptent et se modernisent. De grands capitaines d'industrie viennent s'installer : en 1885, Étienne Mimard fonde la Manufacture Française d'Armes, future Manufrance ; en 1898, Geoffroy Guichard crée les magasins Casino...
À la veille de la Première Guerre mondiale, Saint-Étienne est une grande ville ouvrière de près de 150 000 habitants.

De 1914 à 1945, entre croissance et récession
Véritable arsenal de la France, les usines stéphanoises embauchent hommes et femmes, venus de toutes les régions ou de pays voisins. La crise des années 30 est un réveil brutal pour l'économie locale qui entame un long déclin.

Après la Guerre, Saint-Étienne se modernise et se renouvelle
Lourdement frappée par le bombardement du 26 mai 1944, Saint-Étienne se reconstruit et résorbe son manque de logements par une politique active de construction d'immeubles.
Malgré la reprise économique des années 50, les activités traditionnelles stéphanoises disparaissent une à une à la fin des années 60 marquant les débuts du déclin industriel et la reconversion d'une économie qui se tourne vers le tertiaire.
Le 20e siècle témoigne de l'obstination stéphanoise à surmonter les crises économiques et à se maintenir en première ligne en s'appuyant sur ses savoir-faire et sa capacité à innover : 1998 voit le lancement de la première biennale de design ; en 2000, Saint-Étienne est la première ville française a être labellisée Ville d'art et d'histoire pour son patrimoine industriel ; en 2010, elle entre dans le cercle des villes créatives design Unesco.

Des services éducatifs et culturels

Tous les territoires labellisés Ville ou Pays d’art et d’histoire proposent des actions à l’intention du jeune public, tant en groupe scolaire ou de loisirs que dans le cadre familial. Un service éducatif est à la disposition des enseignants, de la maternelle au lycée. 

Visites, ateliers, parcours, outils pédagogiques
Les VPah favorisent une approche sensible des patrimoines qui éveille le regard et rend les enfants acteurs de leur découverte. Ces dispositifs proposent une lecture originale des territoires du point de vue de l’histoire, de l’architecture et de l’urbanisme, hier et aujourd’hui. 

Des médiateurs spécialisés
Conçues et animées par des professionnels agréés, les activités favorisent chez les jeunes une prise de conscience de la dimension historique et collective de leur cadre de vie, et les engage à réfléchir sur son devenir.

Contact

Ville d'art et d'histoire Saint-Étienne
Direction des Affaires culturelles
Hôtel de Ville - BP 503
42007 Saint-Étienne cedex 1

04 77 48 76 27

Aller sur le site internet Contacter ce lieu